Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En ce moment, je redécouvre, avec beaucoup de plaisir, Valérian et Laureline de Jean-Claude Mézières (au dessin), Pierre Christin (au scénario) et Évelyne Tranlé (aux couleurs). Je ne suis pas forcément un grand fan des histoires de Pierre Christin, qui, le plus souvent, m'en touchent une sans faire bouger l'autre, mais j'aime beaucoup l'univers et, par moments, je trouve le dessin de Jean-Claude Mézières et les couleurs d'Évelyne Tranlé juste magnifiques.

Et, concernant l'inspiration graphique, il y a, dans Valérian et Laureline, de nombreux éléments qui peuvent servir pour RIFTS. Démonstration aujourd'hui avec Madhaven, la New York de RIFTS (Rifts World Book 29: Madhaven), et La Cité des eaux mouvantes, le premier tome des aventures de Valérian et Laureline.

La Cité des eaux mouvantes se déroule en 1986. Suite à l'explosion d'un dépôt de bombes H dans l'Arctique, la Terre connaît des bouleversements climatiques et tectoniques majeurs qui, entre autres choses, ont transformé New York en Venise post-apo. Valérian et Laureline découvrent une cité inondée et abandonnée, où une végétation luxuriante et tropicale est en train de recouvrir la ville.

Tel n'est pas le cas de Madhaven dans RIFTS. Alors que le reste du monde a connu un bouleversement majeur avec la montée du niveau de la mer (30 mètres!), la région de New York a toujours les pieds au sec grâce à un "soulèvement", très localisé, des plaques tectoniques. Pourquoi? J'ai tendance à penser que les auteurs de Rifts World Book 29: Madhaven, Brandon Aten, Taylor White et Kevin Siembieda, avaient de grands projets concernant les sous-sols de Manhattan et n'avaient pas envie que ceux-ci soient noyés dans les eaux de l'Atlantique. Et, effectivement, dans Rifts World Book 29: Madhaven, les souterrains de New York sont envahis de monstres, mutants, démons, fantômes, cultistes, survivants... À foison.

Dans mon RIFTS à moi, je pense que l'on peut concilier New York envahi par les eaux et une cité souterraine habitée et archi-pleine de menaces surnaturelles en tous genres. Comment? Grâce à la Guerre froide pardi!

En 2067, les néo-communistes, et futurs Sovietskis, s'emparent du pouvoir en Russie et refondent une nouvelle URSS (Rifts World Book 36: Sovietski). S'ensuit un refroidissement généralisé des relations internationales avec la (re)formation de deux blocs antagonistes, Washington et ses alliés d'un côté et Moscou et les siens de l'autre. La Communauté Européenne (oui: Communauté: RIFTS est un vieux JdR) et la Chine sont non-alignées. Entre 2067 et 2098, date du Grand Cataclysme, on assiste à une nouvelle course à l'armement et à une multiplication de complexes souterrains fortifiés (post ici). Dans mon idée, les autorités nord-américaines ont fortifié les différents réseaux souterrains new-yorkais afin que la population puisse s'y réfugier en cas d'attaque nucléaire. Aussi, lorsque survient le Grand Cataclysme le 22 décembre 2098, les portes MDC et les pompes tiennent le coup et sauvent les sous-sols de l'inondation.

Ça y est, vous voyez le lien avec La Cité des eaux mouvantes? Dans mon RIFTS à moi, Madhaven a les atours du New York découvert par Laureline et Valérian. La ville a les pieds dans l'eau mais, au vu de la taille des immeubles et du nombre de gratte-ciel, elle demeure toujours aussi impressionnante. Si les immeubles tombent lentement en ruines, leurs structures MDC les ont protégés des méga-tsunamis apocalyptiques de 2098. De loin, on pourrait croire que la cité n'a pas changé. De près, on découvre les rues et les avenues envahies par l'Océan Atlantique. On découvre aussi la végétation, terrestre et marine, en train de recouvrir les bâtiments. Peut-être pas la végétation tropicale de La Cité des eaux mouvantes -- le climat de l'Amérique du nord de RIFTS n'a pas vraiment changé et les hivers y sont toujours redoutables -- mais, avec l'ouverture des Rifts, on peut tout à fait imaginer une flore extra-dimensionnelle (en partie du moins) envahir, lentement, la ville avec algues géantes, lianes, plantes grimpantes aux tiges larges comme des troncs de chêne...

Vous voyez l'idée? Ainsi les planches de La Cité des eaux mouvantes iront bien pour se représenter Madhaven. Et, éventuellement, pour la montrer à vos joueurs.

Ensuite, il y a loin entre l'univers de Valérian et Laureline, pétri de tolérance et de pacifisme, et celui, hyper-violent, de RIFTS. Comme dit plus haut, en dehors des éléments S-F apportés par Valérian, Laureline et Xombul (le méchant), La Cité des eaux mouvantes se déroule en 1986. C'est du post-apo contemporain, bien éloigné du délire surnaturel horrifique de Rifts World Book 29: Madhaven. Ce qui ne vous empêche en rien de conserver le superbe décor fourni par les planches de Mézières! Ce qui ne vous empêche pas non plus d'introduire des éléments propres à la BD comme les pillards de Sun Rae. D'ailleurs ce dernier me fait beaucoup penser au "Duc" de New York 1997... Ça ne serait pas la première fois que le cinéma US pille ce monument de la BD francophone...

 

Tag(s) : #BD, #AMÉRIQUES, #MADHAVEN, #JEAN-CLAUDE MÉZIÈRES ART
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :