Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a peu, je vous vantais la très bonne qualité du clip "lovecrafto-urotsukidojien" (le néologisme n'est pas de moi, malheureusement) de FANTASY, réalisé par Jérémie Périn. Gasp, ce même Jérémie Perrin a aussi mis en boîte Lastman, la série télé d'animation issue de la BD du même nom (26 épisodes de 13 minutes). La série a été diffusée sur France 4, tard.

Je cite: "Dans une capitale comme Paxtown, ivre d’hyper médiatisation, déchirée par les inégalités et rongée par la mafia, les emmerdes sont comme une loi de la nature, aussi inévitable que la gravité. Cette ville, c’est le territoire de Richard Aldana. Démerdard sans attache ni ambition, boxeur à ses heures, sa vie bascule du jour ou son ami Dave est assassiné et qu’il se retrouve avec son étrange gamine sur les bras, Siri. Traqués par une secte de cinglés fanatiques, Richard et Siri s’embarquent dans une quête qui les dépasse, où revient le nom de la «Vallée des Rois », lieu mythologique de magie et de démons, et dont la clef est la coupe de la redoutable Fist Fight Funeral Cup… le championnat d’art martial de Paxtown. Cocktail explosif d’action, de mystère, de fantastique et d’humour, Lastman est adapté de la bande dessinée éponyme de Bastien Vivès, Michaël Sanlaville et Balak."

Je viens de la regarder et c'est de la balle de balle. Je connaissais déjà la BD dont je suis un gros gros fan. Dessin, découpage, personnages, scénario, dialogues... De Lastman, la BD, tout me plaît. J'aimais déjà les BD "d'auteur" de Bastien Vivès mais, avec Lastman, lui et ses deux comparses, Michaël Sanlaville et Balak, m'ont mis une belle claque bédéistique. Initialement, Lastman se voulait un manga à la française. Si le rythme de parution n'a pas toujours respecté les standards nippons, cette BD a su mêler habilement les codes du manga à notre culture hexagonale. Richard Aldana, le héros, est un personnage particulièrement "gaulois" dans l'âme. La série compte dix volumes à l'heure d'aujourd'hui (février 2018) et l'arc narratif ne faiblit pas.

Lastman -- la BD toujours -- mélange des univers Fantasy, S-F, Post-apo et Contemporain, avec des éléments fantastiques et horrifiques. Ce qui en fait une BD très très RIFTS. D'ailleurs, les deux Dimensions, celle de la Vallée des Rois et celle de Paxtown (la nôtre?), sont séparés par... Un Rift.

Quant à la série animée, c'est de la bombe. En plus d'être, elle aussi, une excellente source d'inspiration pour RIFTS (aaah, les Roitelets!). Les auteurs ont plus que bien travaillé. L'animation, sans être magnifique, est intelligente, bien pensée et truffée de bonnes idées graphiques et scénaristiques. S'ajoutent des personnages costauds, un scénario en béton armé, des dialogues truculents et vous avez le DA de l'année. Quant aux liens entre l'anime et la BD, ils sont riches, voire particulièrement savoureux. Et c'est français! Démonstration, une fois encore, que l'Hexagone sait faire du Genre de qualité (dit le gars qui tient un blog consacré à un JDR ricain).

 

Tag(s) : #ANIMATION, #BD
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :