Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a bien des Elfes et des Nains dans la gamme officielle de RIFTS, mais pas de Halflings. Commençons par corriger le tir: il y a des Halflings dans mon RIFTS à moi, peut-être pas sur le Monde de Palladium mais ailleurs dans le Méga-univers oui, certainement: des Psi-Halflings! Faites comme si ils avaient eu droit à leur partie dans Rifts Conversion Book One ou Rifts World book 12: Psyscape.

Comment qu'ils sont mes Psi-Halflings? Comme ceux présentés dans D&D et Pathfinder et, surtout, comme ceux de Tolkien: petits, discrets, bons vivants, bons amis, résistants, endurants, volontaires... Les pouvoirs psioniques en plus, mais j'y reviendrai.

Je ne sais pas d'où ils viennent dans le Méga-univers. Je ne connais pas non plus leur culture d'origine. En fait, en dehors de mon envie de mettre des Psi-Halflings dans mon Méga-univers à moi, et pas seulement en Nouvelle-Zélande, je sais très peu de choses d'eux.

Tout au plus je les imagine liés à l'Élément Terre ou à toute autre divinité ou entité terrestre, une divinité ou entité en lien avec la fécondité et l'agriculture. Après tout, nos Psi-Halflings sont avant tout des agriculteurs particulièrement doués pour faire fructifier les fruits de la terre et remplir leurs assiettes abondamment. Il m'a même traversé l'esprit que nos Psi-Halflings ne soient pas du tout des gentils mais d'infâmes cultistes, offrant des âmes innocentes en sacrifice à leurs noires divinités en échange des assiettes bien remplies! L'influence pernicieuse de Dark Sun certainement. Je me garde l'idée sous le coude...

Je ne sais pas non plus comment des Psi-Halflings se sont retrouvés sur la Terre des Rifts. Ils ne sont pas originaires de Middangeard, comme les Elfes, les Nains et d'autres peuples. Apparemment, comme nombre de D-Bees, ils ont été pris dans une tempête magique dans leur Dimension d'origine et transportés en Nouvelle-Zélande, contre leur gré, dans la décennie qui a suivi le Grand Cataclysme. Quelques centaines seulement, ils ont erré quelques années dans l'Île du nord avant de se fixer dans la région de Matamata.

Rongo Mā Tane les aurait pris en pitié et aurait demandé aux Maoris du Royaume de Waikato de leur laisser une terre où s'installer. Les Psi-Halflings se virent accorder quelques centaines de kilomètres carrés de forêts et de landes dans la région de Matamata. Pendant des décennies, les Psi-Halflings ont déboisé, labouré, semé, clôturé... Et transformé l'ancienne désolation en contrée agricole prospère et riante.

Les Psi-Halflings de Matamata -- c'est ainsi que les Pākehās les nomment -- ne sont pas organisés en état. Chaque petite communauté est dirigée de façon assez informelle par les plus âgés. Les rares villages regroupent quelques artisans et commerçants (et une bonne auberge!) mais, dans l'ensemble, l'habitat est assez éclaté. L'organisation sociale est fondée sur les clans, de grandes familles élargies, qui se tirent la bourre pour savoir qui aura le plus de bêtes, d'hectares de bonne terre, les plus gros cucurbitacées ou, plus prosaïquement, qui fait la meilleure tarte aux pommes. Les rancunes entre clans peuvent être tenaces mais ça ne déborde guère. Les accords à l'amiable sont de rigueur et il est rare que l'on s'adresse à l'Assemblée des Anciens. Et, lorsque cela arrive, ses jugements sont respectés par toutes les parties.

La plupart des Psi-Halflings ne parlent que leur langue. Quelques uns parlent le Maori, l'Anglais ou l'Elfique. Les échanges avec le reste de la Nouvelle-Zélande sont rares et les étrangers de passage seulement. Une vieille route non carrossable, qui relie Auckland à Wellington, traverse le pays du nord au sud. Une autre route, tout aussi peu carrossable, relie Tauranga à Hamilton, d'ouest en est. Quelques Pākehās empruntent parfois la première route tandis que ce sont surtout des Maoris qui passent par la seconde. De gros massifs forestiers séparent le Pays halfling des terres maoris environnantes. Et les Psi-Halflings de Matamata trouvent ça très bien.

Mais ce splendide isolement ne va peut-être pas durer. De plus en plus de jeunes Psi-Halflings ressentent l'appel de l'Aventure et partent à la découverte du reste de la Nouvelle-Zélande, au grand dam de leurs aînés.

De plus en plus de voyageurs, Maoris, Pākehās et Middangearders, traversent la contrée ou, pire!, s'y arrêtent. Par curiosité, pour commercer, pour échanger... L'hôtellerie de Matamata a dû s'agrandir et une deuxième est en train de se construire du côté de Te Poi.

Mais le plus grand danger ne vient pas des voyageurs. Dans le sud, une menace grandit. Les Elfes de Middangeard s'en vont ou se cachent. Les Nains s'enferment dans leurs forteresses montagneuses. Le Royaume humain des Dunedins, dans l'Île du sud, paraît considérablement affaibli. Sous le Mont Ngauruhoe, à deux cent kilomètres à peine de Matamata, des hordes d'Orks Noirs se répandent sur l'Île du nord. Et les monstres se font de plus en plus nombreux.

Mais nos Psi-Halflings ne sont pas totalement démunis face au danger. Comme leur nom l'indique -- Psi-Halfling --, ce sont des psioniques, tous. Ils disposent notamment de pouvoirs de dissimulation assez costauds qui leur permettent, non seulement de se cacher mais aussi, de cacher à la vue de tous leurs fermes, villages, voire même l'ensemble de la contrée pour peu qu'ils s'y mettent à plusieurs. En plus de leurs pouvoirs, ils sont alliés à de puissantes entités du Plan Astral, ces fameuses entités mentionnées plus haut, en lien avec la Terre et ses richesses. Jetez un coup d'œil à Rifts World book 12: Psyscape pour toper des idées.

Pas sûr que cela suffise à les dissimuler au regard de l'Ombre qui grandit dans le sud...

 

Tag(s) : #NOUVELLE-ZÉLANDE, #OCÉANIE, #WAYNE REYNOLDS ART, #JON HOGDSON ART, #PSYSCAPE, #PSI-HALFLINGS, #RIFTS UNIVERS MAISON
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :