Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oui — je sais... — je viens juste d'utiliser cette illustration pour un autre post, certes, mais j'adore les vieux dessins de Fred Blanchard. Et celle-ci allait trop bien pour le sujet donc... Ça fait deux doublons graphiques en moins d'une semaine... Promis, demain j'arrête. Illustration de Fred Blanchard, bien sûr.

Quand Kevin Siembieda entreprend d'écrire du background pour Rifts (ou pour tout autre jeu Palladium Books), c'est assez minimaliste. Il y a énormément d'éléments — qui m'apparaissent comme essentiels  pour décrire une société — que K.S. zappe. D'office. L'organisation sociale, la structure politique, l'économie, les langues utilisées, les mentalités... Autant de machins que Kev n'aborde pas. Ou si peu. Parmi ces thèmes méchamment négligés, il y en a un qui passe à la trappe plus souvent que les autres, c'est la religion.

Cette relégation du religieux et du divin au placard n'est pas le propre de K.S., les autres plumes de Palladium Books participent au mouvement. Prenez Rifts Conversion Book 2: Pantheons of the Megaverse, de C.J. Carella,  par exemple. Plus de 200 pages remplies ras la gueule de divinités: des aztèques, des grecques, des indiennes, des nordiques... De DIVINITÉS. On pourrait croire deux secondes que l'on va trouver à l'intérieur du bouquin des détails sur les cultes qui leur sont rendus. Ben non. Nope, rien, nada, que tchi, peau de zob... RCB 2: Pantheons of the Megaverse, c'est une grosse galerie de PNJ bardés de MDC et de super-pouvoirs, rien de plus. Les dits PNJ sont effectivement des divinités des anciens panthéons polythéistes mais c'est pour faire joli, pour la façade: leur nature "divine" n'amène aucun élément de background religieux. Il y a bien une OCC de "Prêtre des Rifts" mais il s'agit d'un mauvais copier-coller du  prêtre de D&D adapté pour Rifts à la truelle.

Bref, parmi les 90 bouquins de la gamme, ne vous attendez pas à trouver l'équivalent local de Cults of Prax ou Les Dieux de Glorantha. Vous vous êtes trompés de jeu. Tant pis.

Fini de blasphémer! Illustration de Brian Denham.

De nombreux suppléments abordent les Amériques et l'Europe mais restent étonnamment discrets sur le devenir des chrétiens et du christianisme. On sait que la Coalition prône l'athéisme mais ça ne nous dit pas si il y a des croyants au sein de sa population humaine. Feu la geste arthurienne oscillait entre christianisme et paganisme — ce que rend très bien Pendragon — mais la nouvelle geste arthurienne de Rifts oscille entre rien et rien. La Colombie (la Nouvelle-Grenade dans mon Rifts à moi) et la République de Córdoba sont de bonnes vieilles dictatures militaires sud-américaines mais sont-elles encore catholiques? Même les trois suppléments consacrés à la Russie de Rifts se font très discrets sur le christianisme orthodoxe local. Et où sont passés les Juifs? Et les musulmans?

Mais il y a des avantages. Plus de bigots pour vous les briser menu. Dans le background officiel du moins. Kev? Serais tu un laïcard militant? Un bouffeur de curés et d'imams. Méfions-nous! Rifts c'est quand-même un gidéaire où les (néo)communistes sont invariablement dans le camp des champions du Bien sauveurs de l'Humanité¹!

Par endroits, Rifts, en plus de ne pas s’encombrer des religions, s'est aussi débarrassé des croyants. Ainsi le conflit israélo-palestinien a-t-il trouvé une solution assez définitive: dans Rifts, Israélien·nes et Palestinien·nes ont disparu lors du Grand Cataclysme et dans les années qui ont suivi. Tout le monde. Radical. Plus personne ne se prend le chou parce que, de l'esplanade des mosquées, on peut jeter un papier sale sur le mur de lamentations.

Il n'y a absolument RIEN sur le Moyen-Orient de la Terre des Rifts dans Rifts Ultimate Edition. Vous devrez aller jeter un coup d'œil dans Rifts Aftermath pour en savoir à peine plus et... Ah non, rien non plus. Mais où alors? Peut-être dans Rifts Conversion Book 2: Pantheons of the Megaverse alors? Il y a des parties consacrées aux divinités mésopotamiennes et perses. Ah non, toujours pas. Dans Rifts Corebook peut-être? Non plus. Damned. Mais où alors?

À une époque, j'ai fait une tripoté d'articles consacrés au Moyen-Orient de Rifts. J'y ai même mené un one-shot. Et, aujourd'hui encore, je trouve que c'est un très chouette setting pour y masteriser des aventures de Rifts. Mais je suis incapable de retrouver ma source, ces quelques lignes qui, dans mon souvenir, nous expliquent qu'il n'y a plus aucun humain dans cette région de la Terre des Rifts... Mince.

Bon. Tant pis.

Dans tous les cas, j'ai fait mon Moyen-Orient de Rifts à ma sauce perso, en me servant de références aussi diverses — et inspirantes pour moi — que Al-Qadim, Les Mille et Une NuitsCoriolis ou Le Cycle de Dune. J'y ai mis des divinités antiques, des Génies, des D-Bees, des streumons, des anges et des démons (bibliques ou pas)... Et même quelques humains.

Hospitalier du Futur! Figurine INFINITY.

Et, parmi ces derniers, je n'ai pas pu m'empêcher de placer un royaume néo-croisé sur l'ancienne côte israélo-palestinienne... Des Néo-croisé·es, c'est-à-dire des nobles et des roturiers néo-catholiques européens venus se tailler des domaines dans une "Terre sainte" vidée de ses anciens habitants humains mais pas déserte pour autant.

Ben pourquoi? Parce que les croisades au Proche-Orient (1095-1291) me fascinent. C'est le sujet qui m'a le plus intéressé lorsque j'étais encore un jeune padawan en fac d'Histoire. D'ailleurs, si vous ne devez en lire qu'un seul, je ne saurais trop vous recommander la lecture des Croisades vues par les Arabes d'Amin Maalouf. Parce que j'aime beaucoup Kingdom of Heaven aussi. Et parce que on ne m'enlèvera pas l'idée que, dans Rifts, Jérusalem doit constituer un TRÈS GROS Nexus.

Voilà l'idée (dans mon Rifts à moi):

2098. Grand Cataclysme. Le Proche-Orient se transforme en champ de bataille apocalyptique entre les Esprits de Lumière (les anges; Rifts Conversion Book One, la version non révisée), les Démons (Rifts Dark Conversions, pour n'en citer qu'un seul), les divinités païennes (RCB2: Pantheons of the Megaverse), les Génies (allez plutôt voir du côté d'Al-Qadim^^)... Total carnage: 99,99% de la population humaine de la région n'y survit pas.

XXIVe siècle. Les armées de Rama-Seth² menacent de s'emparer du Super-Nexus de Jérusalem. De l'Anatolie jusqu'à la mer d'Arabie, les maîtres extra-dimensionnels du Moyen-Orient rassemblent leurs armées pour empêcher le pharaon dément de s'emparer des ruines de la ville sainte. Imaginez une aliance improbable entre des Esprits de Lumière bibliques, d'antiques divinités syriennes et des Génies arabes. Ça bastonne sévère entre la Méditerranée et la mer Morte pendant plusieurs années. Les Égyptien·nes s'emparent à plusieurs reprises de Jérusalem mais en sont systématiquement chassé·es par l'alliance des sultan·es surnaturel·les du Moyen-Orient. Une dernière poussée rend les armées du Phénix maîtresses de Jérusalem, une fois encore. Leurs adversaires ont été sévèrement étrillés lors des dernières batailles et reconstituent leurs forces au-delà du Jourdain.

Contre toute attente, c'est une armée humaine qui déboule de la côte méditerranéenne et qui mène l'assaut sur Jérusalem au cri de "Dieu le veut!" Plusieurs mois/années auparavant, le pape de Nova Roma a lancé un appel à la croisade pour "libérer les lieux saints des entités démoniaques et païennes qui cherchent à s'en emparer". Avec succès puisque les seigneurs néo-catholiques d'Europe de l'Ouest rassemblent un ost conséquent et, alliés à plusieurs ordres de moines-soldats, finissent par débarquer en Terre sainte.

Dame du Royaume. Illustration de Sam Carr.

Les Néo-croisé·es viennent d'Espagne (du Saint Empire Romain de Castille notamment, "SERC"), des Îles britanniques, de France, d'Italie et des länders néo-catholiques de la NDR. En plus de l'Église néo-catholique romaine, les principaux soutiens de l'opération sont le SERC, le Royaume de Logres, la NDR et les Oligarchies "mafieuses" du sud de l'Italie (la croisade a lieu avant la conquête par les Wolfens de Rome; The Rifter #1).

Après s'être emparés de Jérusalem, les Néo-croisé·es sécurisent le territoire entre la côte et la ville. Celle-ci est fortifiée. Un·e monarque est élu·e par ses pair·es: le Royaume de Jérusalem est (re)né. 

Un Royaume qui, au fil des années, finit par avoir les (presque) frontières de 1135 de son illustre prédécesseur. Les Égyptien·nes et leurs adversaires se sont mutuellement affaibli·es au fil des années de lutte et ne sont pas en état d'empêcher les Européens de s'installer. Au sud, les Néo-croisé·es ont repoussé les hordes du Phénix jusqu'aux ruines de Gazah où il·elles édifient la forteresse de La-Nouvelle-Ascalon. Au nord, les humain·es ont chassé les divinités phéniciennes et leurs séides jusqu'aux murs de Tyr. À l'est, des avant-postes sont bâtis sur la rive gauche du Jourdain.

2386 après J.-C.. En dépit des succès initiaux, le nouveau Royaume est fragile. De nombreux·ses Néo-croisé·es ont regagné l'Europe après la fondation du Royaume. Des seigneurs et dames sont restées, ont fondé leurs fiefs mais ceux-ci sont extrêmement précaires. La population humaine reste très faible. Des "païen·nes", humains et D-Bees, sont venu·es s'installer dans le Royaume pour profiter d'une protection relative. Ce sont des sujets de seconde zone mais leur sort y reste plus enviable que dans pas mal de coins de la région. Il y a une petite immigration humaine en provenance d'Europe mais ça reste assez réduit: quelques dizaines de milliers d'âmes. Le Royaume est tellement peu peuplé que certain·es aristocrates font venir des D-Bees des ghettos d'Allemagne et d'Italie du sud pour peupler leurs domaines. C'est qu'il faut des bras pour travailler dans les fermes hydroponiques au milieu du désert.

Pour sa défense, le Royaume peut compter sur les ordres de moines-soldats. Les Ordres du Temple, Teutoniques, du Saint-Sépulcre, de Saint-Lazare et des Hospitaliers sont les plus présents en Terre sainte. Et il y a l'armée du Royaume, celle des seigneurs et dames. Avec ses vibro-épées et ses mechas. Enfin l'état néo-croisé peut aussi compter sur deux "petits" corps expéditionnaires alliés: une division du Royaume de Logres et une autre de la NDR. Aux vibro-hallebardes et batteries de missiles de l'ost royal, il faut aussi ajouter les pouvoirs théurgiques des prêtres et moine·niales de l'Église et les glaives de feu des Esprits de Lumière.

Voilà pour la base. On développera le reste (peut-être) une autre fois.

Artiste inconnu·e.

¹ Les néo-communistes chinois du Géofront ► Rifts World Book 24: The Yama Kings et Rifts World Book 25: Heroes of the Celestial Court. Les néo-soviétiques (les "Sovietskis") ► Rifts World Book 36: Sovietski.

² Rifts World Book 4: Africa.

Tag(s) : #ASIE, #MOYEN-ORIENT, #ROYAUME DE JÉRUSALEM, #HENRY PONCIANO ART, #FRED BLANCHARD ART, #BRIAN DENHAM ART, #SAM CARR ART, #RIFTS UNIVERS MAISON

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :