Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'adore retrouver dans Rifts des morceaux d'imaginaire que Kevin Siembieda et ses comparses sont allés piquer dans d'autres univers ludiques, littéraires, bébéistiques ou autres. Bon, parfois, KS et sa bande n'ont rien piqué du tout et c'est moi qui fait des parallèles débiles dans mon cerveau dément.

Prenez le·la Shifter par exemple (Rifts Ultimate Edition). Cette OCC de mago invocateur de démon·es a pour origine une classe de perso de Palladium Fantasy RPG: l'Invocateur·trice (Summoner en VO; pages 135-155 dans la seconde édition de PFRPG). En créant l'OCC du·de la Shifter, Kevin Siembieda s'est contenté d'adapter à la Terre des Rifts le·la très médiéval-fantastique Invocateur·trice. Enfin je crois.

Quelles étaient les références imaginaires de KS lorsqu'il a créé une classe d'Invocateur·trice pour le Monde de Palladium? Je n'en ai aucune idée. Ce ne sont pas les invocateur·trices de démon·es qui manquent, dans les univers ludiques et fictionnels des genres que j'affectionne.

Mais, dernièrement, je me suis demandé si il n'y avait pas un peu de Moorcock dans ces deux OCC... Plus précisément, je dirais bien qu'il y a du Melnibonéen dans la Shifter OCC!

Shifter! Illustration de Robin Recht & Julien Telo.

Dans la VF de Stormbringer — et la VO aussi, je suppose — le·la joueur·se devait tirer au d100 la "nationalité" de son PJ. Sur "1" ou "2", le PJ était Melnibonéen. Et là c'était jackpot: 1d10 en Intelligence et 2d6 en Pouvoir en plus, et des chances largement accrues de pouvoir interpréter un·e sorcier·ère. Sinon vous étiez un·e noble, ce qui reste beaucoup mieux qu'un·e pouilleux·se d'Org ou un·e clodo de Nadsokor.

Et c'est quoi un un·e sorcier·ère melnibonéen·ne? Ben, à priori, un ou une Shifter.

J'ai lu la plupart des tomes du Cycle d'Elric, étant ado (comme pas mal de rôlistes). Je suis loin d'être un gros fan de l'œuvre de Michael Moorcock mais j'avais apprécié de nombreux éléments de cet univers, notamment les relations tordues entre les sorciers·ères et leurs maîtres surnaturels. Car la magie dans les Jeunes Royaumes c'est avant tout l'invocation d'entités supérieures. Et Elric passe beaucoup de temps, dans mon souvenir, à négocier avec des Grands Élémentaires ou des divinités du Chaos pour qu'ils le sortent des emmerdes où il s'est fourré..

Comme un·e Shifter.

Et si, en plus, on ajoute le look... Oui, parce que, bon franchement, il·elles ont quelle gueule les Shifters de Rifts? Une bonne vieille tête de Cénobite! Piercings, cuir, pointes... Un look totalement BDSM et Daaaaarkkkkk (la faute aux illustrations de Ramon Pérez). Et les Melnibonéen·nes, vous les voyez comment vous? Ben moi, plutôt pareil. surtout depuis que j'ai lu la (plutôt bonne) série BD de Julien Blondel et Jean-Luc Cano (au scénario), Robin Recht, Didier Poli et Julien Telo (au dessin) et Jean Bastide (dessin et couleurs), où Elric et ses concitoyen·nes sont dépeints sous des traits "en rouge et noir" très prononcés...

Et c'est comme ça que j'ai envie de représenter les Shifters de la Terre des Rifts! En cuir.^^

Tag(s) : #BOOK OF MAGIC, #SHIFTERS, #LIVRES, #COLLECTION JDR, #STORMBRINGER, #MOORCOCK, #MICHAEL WHELAN ART, #ROBIN RECHT ART, #JULIEN TELO ART, #FAN SERVICE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :