Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Illustration de la couverture de "Bitume MK 5" par Olivier Vatine.

J'avais envie de reparler de la France de Rifts, et d'un aspect en particulier: son réseau routier et celles et ceux qui y circulent. Enfin... Surtout celles et ceux qui y circulent violemment: les tribus autoroutières.

L'idée m'est venue lorsque je réfléchissais aux OCC et RCC (classes et races jouables) que j'allais proposer aux joueurs et joueuses de ma prochaine mini-campagne Rifts, qui va les mener en Auvergne. Car la France de Rifts qui va servir de cadre à cette campagne est un pot-pourri de plusieurs influences, notamment rôlistiques, et que, parmi ces dernières, il y a Bitume!

J'adore Bitume. Pas pour ses règles mais pour son univers, un mélange entre Mad Max et un Post-apo improbable "à la française" sorti tout droit des années 80. Un univers qui arrive à être drôle et super-bourrin en même temps.

Donc, voilà, alors je réfléchissais aux OCC et RCC que j'allais bien pouvoir proposer à mes joueurs et joueuses, j'ai soudain pensé "tribus routières" (le "autoroutières" du titre est arrivé plus tard). Des communautés, nomades pour la plupart d'entre elles, qui vivraient par et pour la route. Dont les principales richesses seraient leurs véhicules à moteur reconfigurés.

Sauf que ça ne va pas être possible.

Rifts n'est pas un jeu de rôle post-apocalyptique, que nenni, c'est un jeu de rôle post-post-apocalyptique! La chronologie officielle du jeu débute en 101 PA (le calendrier de la Coalition), soit 289 ans après le Grand Cataclysme. Contrairement à tous les jeux post-apo, où les survivant·es vivotent des restes de la civilisation pré-apocalyptique, dans Rifts il n'y a plus rien, ou si peu, de cette civilisation. Dit autrement: ce n'est pas la peine d'aller chercher des conserves dans les rayons du super-marché d'à côté. Non seulement les conserves et les rayons ont disparu mais le super-marché aussi! En presque trois siècles, les éléments, la végétation et le temps ont dévoré les bâtiments et tout ce qu'il y avait à l'intérieur. 

Dans Rifts, la meilleure chance de découvrir des vestiges de 'l'Avant" c'est encore de retrouver un abri souterrain plus ou moins préservé.

Vous voyez où je veux en venir? Après presque trois siècles de barbarie entrecoupés d'invasions extra-dimensionnelles, la France a vu son (énorme) réseau routier et autoroutier disparaître dans les limbes. Et, du coup, ça va être compliqué d'installer des "tribus routières" dans une contrée où il n'y a plus de routes... Je n'ai pas ce problème dans ma campagne australienne madmaxienne car la géographie australienne, plate et sèche, se prête bien — ne serait-ce que d'un point de vue imaginaire: revisionnez vos Mad Max — à des aventures motorisées SANS routes. Mais, en France, ce n'est pas la même... Il suffit de jeter un petit coup d'œil par la fenêtre pour constater, très rapidement, que, sans routes, ça va être très compliqué de déplacer un engin à moteur. À moins de tordre "un peu" le cou au background. Ou de jouer sur la suspension consentie de l'incrédulité... Comment faire? Mais en remettant des routes carrossables, pardi!

Mécano post-post-apo. Illustration d'Olivier Vatine.

Commençons par la seconde option, celle de "la suspension consentie de l'incrédulité": on installe des routes encore praticables.

Et ça passe comme une lettre à la poste car les joueurs et les joueuses n'en ont rien à carrer et ne poseront aucune question. Et ça marche! Franchement, j'aime beaucoup mes joueurs et mes joueuses: je m'éclate à masteriser du Rifts avec eux·elles. Mais je ne vais pas me mentir: la vraisemblance du background, il·elles s'en fichent éperdument. Il y a des morceaux de Mad Max dans les aventures que je leur propose? Il·elles seront très content·es. Comment ça se fait qu'il y a des morceaux de Mad Max dans les aventures que je leur propose? Ça leur en touche une sans faire bouger l'autre.

Et puis, pour expliquer que le réseau (auto)routier ait survécu, il y a toujours la première option: revoir le background.

Nous sommes dans un univers de Science-Fiction aussi? Alors profitons-en. Imaginons que, au XXIème siècle, durant l'Âge d'Or de l'humanité, la France ait conçu  des nouveaux matériaux pour l'enrobé de ses autoroutes et, parallèlement, développé des Intelligences Artificielles et des armées de machines — des robots donc — pour gérer et entretenir ces mêmes autoroutes. Par "nouveaux matériaux", je veux parler d'organismes vivants (mêlés à de la nanotechnologie?) qui permettraient aux autoroutes de s'auto-entretenir. Pour les matériaux de construction qui sont en réalité des organismes biologiques, je me demande si l'idée ne me vient pas d'Athanor...

Imaginez: en 2098, l'enrobé des autoroutes françaises est un organisme biologique conçu par la bio-ingénierie (roulements de tambours) nationale. C'est gris, c'est dur, ça ressemble à du plastique (ou du caoutchouc, du bitume... comme vous voulez en fait) mais c'est vivant! C'est vivant et ça absorbe les matières, animées et inanimées, qui viendraient encombrer le réseau. Une graine végétale qui vient se déposer sur l'enrobé de l'autoroute? Celui-ci l'absorbe avant qu'elle n'ait le temps de germer, pousser et détruire, à long terme, la voie. Un animal écrasé? L'enrobé le digère (très) lentement. Un arbre tombé au milieu de l'autoroute? Ça va prendre quelques jours à l'enrobé pour ce faire mais l'arbre finira par être absorbé et digéré entièrement. Gare à l'inconscient qui poserait sa peau nue contre "l'asphalte"... Et gare à l'enrobé qui aurait muté!!!

Et si c'est une matière inorganique? Genre: des débris, un pneu crevé, une épave de véhicule... Ça va être un souci si l'enrobé "dévore" les véhicules à l'arrêt sur l'autoroute! On peut imaginer que notre enrobé organique a un temps de latence avant de commencer à digérer les matières non-organiques, entre 24 et 48 heures. Et, pour lui faciliter la tâche, on peut aussi imaginer que l'Intelligence Artificielle installée à Rosny-sous-Bois pour gérer le réseau autoroutier soit toujours opérationnelle. Et qu'elle dispose d'une armée de robots d'entretien pour l'assister. Bon, près de trois siècles après le Grand Cataclysme, il ne doit plus rester beaucoup de robots en état de marche... Mais rappelez vous: la suspension consentie de l'incrédulité!

Bref, à la fin du XXIVème siècle, dans la France de Rifts, des tribus (humaines mais aussi xénos¹, mutantes et autres) vivent et survivent sur les autoroutes encore praticables de France et de Navarre. Et parmi elles on trouve une tribu de dingues qui se prennent pour des Indiens d'Amérique. Il·elles appellent l'I.A. gestionnaire du réseau autoroutier "Bison Fûté"...

¹ Xénos ► D-Bees, dans la langue de Kevin Siembieda.

France 2387 après J.-C.. Illustration de Vincent Dutrait.
Tag(s) : #EUROPE, #FRANCE, #OLIVIER VATINE ART, #VINCENT DUTRAIT ART, #COLLECTION JDR, #BITUME, #FAN SERVICE, #O.C.C & R.C.C., #RIFTS UNIVERS MAISON

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :