Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Illustration de Adam Geyer.

Dernièrement, je vous ai posté un article introductif consacré à La Nouvelle-Orléans dans l'univers de Rifts. Un setting particulièrement attrayant à mes yeux puisqu'il réunit un décor extrême (une jungle marécageuse), des éléments horrifiques sympas (le vaudou, les fantômes, les vampires...) et une thématique que j'apprécie tout particulièrement (les pirates et les corsaires!).

Ça faisait longtemps que je conservais, dans un coin de ma tête, l'envie d'écrire sur cette partie de la Terre des Rifts. D'autant plus que, la gamme officielle étant assez silencieuse sur le devenir de New Orleans, j'avais un peu carte blanche.

L'occasion faisant le larron, une illustration, inspirée et inspirante, de Iain McCaig me pousse à passer à la rédaction de cet article. Je trouve une approche, des sujets, des illustrations, et hop: New Orleans, City of Spirits.

Je ne prétends pas que ce post soit d'une originalité folle mais je l'ai écrit avec un minimum d'application et d'envie. Tel quel, il me paraît très correct pour donner des idées d'aventures dans ce coin noyé de la Louisiane de Rifts.

Sauf que ça ne me le fait pas.

Voodoo chill! Illustration de Adam Geyer.

Personnellement, je trouve ce post décevant et ce n'est pas forcément dû sa qualité intrinsèque. Je m'explique.

Quand je regarde un film d'horreur, j'apprécie de ne pas découvrir le "monstre" tout de suite. Ou sur des temps ultra-courts. L'Épouvante est d'autant plus efficace quand on fait fonctionner l'imaginaire du spectateur plutôt que de lui fournir un visuel — l'ouïe, c'est une autre histoire... — de la menace. J'en veux pour preuve des monuments du cinéma comme AlienLes Dents de la merThe Thing ou The Mist, où on entraperçoit le danger mais de façon très parcellaire, dans le temps et dans l'espace.

Ben, La Nouvelle-Orléans c'est pareil.

Tant que je n'avais rien écrit sur le sujet, celui-ci me chatouillait les synapses imaginaires. À partir du moment où je rédige mon post, mon intérêt pour ce setting retombe. Comme si le fait de brosser à grands traits le portrait d'une ville imaginaire ôtait à celle-ci une partie de son pouvoir évocateur. Qu'il aurait peut-être mieux fallu que La Nouvelle-Orléans reste dans le flou... J'ai déjà eu ce ressenti avec d'autres articles mais pas autant que sur celui-ci.

Alors — entendons-nous bien — je ne vais pas baquer, ni même renier, cet article. Je ne vais pas le réécrire non plus. Par contre, j'aimerais préciser un point. Qu'est-ce qui distingue La Nouvelle-Orléans d'autres settings dans la représentation que j'en fais?

Sa géographie.

Hormis l'ancien cours du Mississippi et le lac Ponchartrain — qui constituent des repaires "immuables" grâce à l'action d'entités surnaturelles aquatiques —, l'ancienne agglomération est un authentique labyrinthe. La mangrove géante a envahi les ruines et les alentours. Les bâtiments qui ne sont pas sous l'eau sont recouverts par la végétation. Les arbres géants de la mangrove ne permettent pas de voir au-delà de quelques centaines (dizaines?) de mètres. Et, si ça ne suffit pas, le couvert végétal plonge la ville dans une obscurité permanente. Sans guide, un étranger aura vite fait de se perdre.

Vous voyez où je veux en venir?

Cet aspect labyrinthique renvoie au "flou" sus-cité. Que, si je suis amené à masteriser un jour un scénario dans cette ville — et dans le bayou en général —, j'ai tout intérêt à jouer sur cet aspect. Ça n'aura peut-être pas beaucoup d'importance pour mes joueurs mais ça en a pour moi: la dimension mystérieuse de La Nouvelle-Orléans — mystérieuse au sens géographique: "Où sommes-nous? Où allons-nous?" — sollicite ce qui me faisait tripper dans ce setting, avant que je me mette à écrire dessus...

En jeu de rôle, comme au cinéma, moins on en sait mieux c'est.

Cultiste louisianaise? Illustration de Adam Geyer.

 

Tag(s) : #JOUER, #NEW ORLEANS, #AMÉRIQUES, #DEEP SOUTH, #MISSISSIPPI BLUES, #ADAM GEYER ART, #FAN SERVICE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :